Vous avez des questions sur les contrats de retraite individuelle ?

Assurance retraite, PERP, PER qu’est ce que c’est ? A quoi ça sert ? Comment cela se débloque ? Est-ce imposable ?

Préparer une retraite complémentaire sur un contrat d’épargne dédié, c’est nécessaire, mais, comprenez vous le jargon de l’assureur ? Avant de souscrire pour 20, 30 ou 40 ans sur un contrat, avez vous compris les différentes clauses spécifiques d’un assureur à un autre ?

Pour travailler en confiance, vous devez absolument trouver réponse à toutes les questions que vous vous posez sur la préparation de votre retraite, et sur les conditions générales du contrat souscrit.

Par exemple connaissez vous les mots suivants et leur impact sur votre contrat retraite : table de mortalité, frais d’arrérage ou de sortie, UC ou unité de compte, arbitrages, garantie plancher, etc..

En tant qu’assureur et gestionnaire de patrimoine, je souhaite travailler en toute confiance avec mes clients, et je passe un moment à leur expliquer les “atouts” et les “travers” des contrats, pour leur laisser le choix de travailler avec le bon prestataire en fonction de leur objectifs, de leur appétence au risque, de la protection de leur héritiers, de la performance souhaité etc…

Si vous voulez en savoir plus sur le PER AGIPI c’est par ici

Dans cet article je vais tenter de répondre simplement, à vos questions et vous expliquer les bases du “jargon technique”, en cliquant sur les mots concernés

Commençons par la partie la plus intéressante : les questions que les Français se posent le plus souvent concernant leur retraite et les contrats qui existent pour préparer leur retraite de façon individuelle :

Comment puis je trouver mon relevé de carrière ?

C’est très simple, il suffit d’aller sur le site info retraite , vous y trouverez votre historique de carrière, vous pourrez même faire estimer le montant et l’âge de départ en retraite. Lorsque vous voudrez souscrire à une solution de retraite complémentaire, votre spécialiste effectuera une estimation incluant des variantes, et vous aidera à compléter votre besoin en revenus en âge de retraite, avec des solutions qui vous permettrons de venir les compléter, notamment avec de la préparation individuelle sur un contrat dédié : le PER

Pourquoi ouvrir un contrat retraite, comme le PER ?

Afin de garantir vos revenus lors de votre entrée en retraite, il vous faut compter sur les versements de votre régime obligatoire et complémentaire, les changements de loi et les évolutions concernant ce système de répartition. Créer une épargne complémentaire devient une nécessité pour être sûr de disposer de revenus certains et complémentaire en âge de retraite.

Plusieurs solutions s’offrent à vous, comme investir dans l’immobilier, épargner sur un contrat d’assurance vie, ou épargner sur un contrat dédié vous permettant de construire un capital. Le contrat d’assurance retraite actuel, depuis la loi Pacte est le PER. Plus souple et flexible il offre en plus l’avantage de vous permettre un gain d’impôt pendant votre phase d’épargne.

J’ai déjà un contrat PERP, c’est quoi exactement ?

Le contrat PERP ou Plan d’Epargne Retraite Populaire, était le contrat de référence institué par la loi Fillon (ministre de l’Emploi et de la solidarité) depuis 21 août 2003. Il n’est plus commercialisable depuis le 31 septembre 2020 et à été remplacé par le contrat PER qui offre la possibilité sur un seul et même contrat de regrouper plusieurs compartiments. En effet, vous pouvez y loger par création ou transfert, les contrats d’épargne retraite individuel (Fillon), ceux des TNS (Madelin), et les contrats dit collectifs, c’est à dire proposé par vos différents employeurs comme les articles 82, 83, 39 et PERCO.

Puis je transférer mon/mes anciens contrats PERP ?

Oui, c’est justement l’un des avantages, de regrouper tous vos contrats un peu éparpillés que vous auriez souscrit auprès de différents prestataires comme les banques ou vos assureurs, mais aussi les contrats mis en place auprès de vos différents employeurs. Mais avant de le faire, il convient de vérifier avec un spécialiste les avantages et les inconvénients d’effectuer ces transferts. En effet ces anciens contrats peuvent vous vous faire bénéficier d’un taux technique, ou de d’une table de mortalité plus avantageuse, sans compter que les cas de sorties anticipés pourraient bien être plus profitables en fonction de vos projets, ou en fonction de l’imposition à la sortie.

Quel est l’avantage principal de transférer un PERP vers un PER ?

Le principal avantage réside dans  les possibilités de sorties, puisque que grâce à la loi PACTE et la création du PER c’est justement de permettre aux épargnants de récupérer leur contrat individuel ou leur contrat Madelin, soit en rente comme précédemment, mais aussi en capital, voir en mix des deux. Toutefois, une fois de plus la question n’est pas à prendre à la légère, car l’imposition à la sortie n’est plus du tout la même!

Comment débloquer un plan d’épargne retraite Perp ?

C’est un contrat qui se débloque en rente, ou un mix composé de 20 % en capital + une rente, ou en capital dans le cas d’une primo accession uniquement. Bien sûr les accidents de la vie sont un des cas de déblocage anticipés. Pour approfondir, nous pouvons parler des contrats avec un solde inférieur à un certain montant, qui sont aussi récupérable en capital, parfois avant même l’âge de la retraite.

Comment débloquer son assurance retraite sous forme de PER plan d’épargne Retraite ?

Le PER permet plusieurs choix concernant le déblocage de l’épargne constituée en âge de retraite, comme la rente , en capital, ou le mix des deux. Il est tout à fait possible de récupérer son capital en plusieurs fois pour diluer la fiscalité à la sortie.

Prenons un exemple concret : en âge de retraite, vous décidez de vous offrir une voiture, vous pouvez faire un retrait, puis choisir une rente pour compléter vos revenus, mais en apprenant une maladie grave ou avec un besoin immédiat en placement, vous pourrez récupérer la totalité restante en capital.

Est ce que je suis imposable sur le capital à la sortie ?

Oui !!! c’est imposable à la sortie en âge de retraite, que ce soit en rente ou en capital. L’imposition est différente si il s’agit du capital et des intérêts, mais globalement c’est une épargne qui sera à déclarer comme un revenu. Il faut donc réfléchir dès maintenant à des solutions en cas de sortie, il suffit de vous adresser à un spécialiste qui saura vous guider sur les stratégies qui limiteront cette imposition.

Par contre en cas de déblocage anticipé lié à un accident de la vie comme un décès de conjoint, une invalidité, la fin des droit au chômage, liquidation judicaire ou le surendettement, il n’y a pas d’imposition.

Est-il important de faire un point sur la clause bénéficiaire de mon contrat d’épargne retraite ?

Bien sûr, principalement parce que votre vie et ses projets changent. En effet, quand l’on souhaite protéger son conjoint une partie de sa vie, vous pourriez vouloir protéger plutôt vos enfants à une autre période, et puis d’un point de vue plus patrimonial, qui paye les frais de succession lié à votre décès ? un conjoint marié ? un concubin ? vos enfants ? il est donc très important d’adapter votre clause bénéficiaire en fonction de ces questions cruciales ( je suis à votre disposition pour échanger sur le sujet).

Est-ce que je peux échapper à l’imposition sur mon contrat retraite ?

La réponse est non, mais il existe des solutions d’ingénierie patrimoniale qui permettrons de la limiter. Travailler sur sa retraite, soit en mixant les supports, ou les cas de sorties par exemple, l’âge limite pour le débloquer, ou simplement ne jamais récupérer les fonds et s’en servir comme d’une épargne à destination de vos héritiers. Ce sont des techniques à étudier parmi d’autres avec un spécialiste.

N’oublions pas qu’en âge de retraite, votre tranche d’imposition devrait être inférieur et que vous bénéficierez d’un abattement de 10 % sur vos revenus imposable lors de l’imposition de vos revenus, même exceptionnels, comme la récupération de votre épargne retraite en capital.

Et les frais dans tout cela, frais d’entrée,  frais de sortie, arbitrage etc.. ?

Le but de l’assureur est de vous apporter une offre de service,  des options, une recherche de performance, des garanties, un engagement de suivi , pour suivre le contrat, faire des arbitrages au besoin, ou adapter votre clause bénéficiaire par exemple. Alors, en effet, il y a des frais, frais d’entrée, souvent des frais de sortie, d’arbitrage et des frais de gestion. Cela ne veut pas dire que le contrat sera déficitaire, bien au contraire.

Un bon contrat offrant de bonnes prestations comme un capital garanti, de la gestion sous mandat ou gestion pilotée, des fonds diversifiés comme les supports ESG ou de l’euro croissance, l’arbitrage des gains ou la désensibilisation automatique au risque. Quand aux frais d’entrée et de sortie, c’est un grand débat très simple à calculer, préférez vous un % sur des versements à l’entrée, donc sur un capital plus petit ou sur des frais de sortie avec un capital final plus important constitué des versements, et des performances ?

Vous l’aurez compris, qu’il y a plein de question à se poser pour préparer sa retraite et avant de prendre un engagement parfois plus long qu’un mariage en comptant les années de versement et celles de restitutions, il n’y a pas que l’attrait du produit, il y a aussi celui du conseil et du suivi pour vous accompagner.

Cindy BRUNEL – Dirigeant du Cabinet LHB

Retraite